vendredi 23 mars 2012

Je n’ai PLUS RIEN à me mettre…


Voila probablement la phrase que je prononce le plus souvent. Au moins une fois par jour. Et bien sûr, devant un placard qui menace d'exploser, et une armoire à parfums plus que bien garnie. Et j'ai tendance à penser que cela fait partie de la normalité de l'espèce humaine même si j'entends parfois parler de gens qui n'ont pas ce genre de souci, se trouve tout à fait heureux avec deux jeans, trois T-shirts et un flacon d'eau de Cologne. D'une certaine façon, ces gens sont un peu mes héros du quotidien, mais en même temps, je les plains très sincèrement, je me dis qu'ils passent à côté de quelque chose, d'un des petits (grand, j'avoue) plaisirs qui enchantent le quotidien…

Le grand problème du matin, c'est peut-être que rien ne va avec rien, ce qui est souvent la théorie des relookeurs, mais en même temps, c'est ça LE truc que rien n'aille avec rien et que ça puisse finir par faire un tout cohérent, donc tout à fait l'opposé d'un uniforme. Je commence toujours par décider de LA chose que je veux porter, la pièce qui va déterminer tout le reste que ce soit le parfum ou les chaussures. Oui, certain matins, je choisis d'abord quelles chaussures ou quel parfum je veux porter et tout le reste en découle. En fait, tout part de « mais qui ai-je envie d'être aujourd'hui ? »

J'ai toujours plus ou moins consciemment considéré la mode ou le parfum comme un jeu sur l'identité. Non pas un révélateur de l'identité, ce miroir « dis-moi qui je suis », je n'y ai jamais cru, plutôt comme une série de rôles, de déguisements qui traduisent probablement une partie de conscient ou une partie d'inconscient… Et je trouve amusant de montrer différentes facettes en même temps, c'est aussi pour ça que je décale. Parce que l'aldéhydé fleuri de bourgeoise, ça se marie parfaitement à la tennis pourrie. Et dans un sens, si le mélange exprime une personnalité, elle est complexe, à facettes au moins, pas bloquée en mode arrêt sur image. (voire en mode caricature) En ce moment, je suis en pleine fixette aldéhydes de bourgeoise. Ce n'est pas grave: ça ne passe pas, ça ne se soigne pas, mais ce n'est pas dangereux et c'est légal. (Enfin, jusqu'à ce que l'IFRA... Penser à faire des réserves)

Et parfois, j'ai juste envie de me la couler douce, confort, sans souci et sans effort. Ce qui me fait un peu enrager, c'est que mon parfum de ces moments-là, au lieu d'être un truc cool et cheap de chez Body Shop, par exemple, c'est la IVème heure de Cartier, autrement dit, mon parfum le plus cher, qui n'est pourtant pas le plus luxueux, il ne me donne absolument pas cette impression de luxe, au contraire, celle d'un truc tout simple, rustique, confortable comme un vieux plaid dans une maison de campagne…

20 commentaires:

  1. Hahaha je n'y avais jamais vraiment fait gaffe mais en fait c'est tellement vrai : les chaussures déterminent le parfum que je vais porter et vice versa ! ^^ J'en ai deux paires, les choix sont limités, mais en gros je remarque qu'avec mes bottines je me dirige systématiquement vers un parfum bien complexe/opulent/avec du coffre, que je peux m'autoriser parce que l'ensemble des fringues me donne l'air un peu plus adulte (pas de sweet à capuche avec des bottine). Dans ces cas là je dégaine mon habanita (re-merci au passage) ou bas de soie. A l'inverse, quand je suis d'humeur converses, le reste suit simplement et je ne trompe plus personne sur mon âge avec ma dégaine de danseur volatile. Mon choix se porte intuitivement sur le 'parfum t-shirt' (idylle ou ninfeo mio)

    Du coup je suis plutôt dans la team "cohérence" apparemment, pour ce qui est de l'état d'esprit parfum/vêtement. Encore que certains pourraient dire qu'en portant des parfums féminins, je suis déjà décalé en fait... Mais je me refuse d'envisager cette optique là parce que ça reviendrait à accepter par la même que les fragrances ont un sexe. Donc non. Bref j'apprécie que tout tourne rond autour de moi, le décalage je le préfère (et systématiquement, je le recommande) sur les autres, parce qu'au fond c'est un état d'esprit, c'est même une cure parfois : j'adore proposer un parfum de jeune fille en fleur à une quinqua qui se demande si elle peut oser... Personne ne remarquera vraiment qu'elle porte Chloé et non plus Sicily au bureau, mais tout le monde aura noté qu'elle sourit un peu plus, et qu'elle est plus enjouée, tout simplement parce qu'au fond d'elle elle a cette petite flamme du "j'ai osé" qui est la meilleure cure de jouvence au monde.

    Phoebus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais même qu'il y a un age ou il faut arrêter de porter des parfums plus vieux que soi (déjà, ils deviennent dur à trouver... Quoique, y a pas grand monde qui soit plus vieux que Jicky, le parfum, pas la moitié du blog)

      Pour la cohérence, Habanita m'a toujours fait pensé à une paire de chaussures vintages, vue il y a longtemps sur une copine fauchée qui avait récupéré ça dans le grenier de sa grand-mère: des escarpins en tissus noirs (velours et satin) avec des talons en métal qui faisait clac-clac à chaque pas... L'effet était très femme fatal, c'était magnifique!

      Supprimer
  2. Moi je viens juste dire que je trouve juste que la photo avec Madame Rochas est magnifique...

    *disparait*

    Jicky

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! "C'est moi qui l'ai fait" (avec air de premier de la classe)

      Supprimer
  3. Avec les parfums, j'ai le problème inverse d'avec les fringues mais le résultat est identique : l'indécision.
    Pour les parfums, je ne sais pas quoi mettre car j'ai l'impression d'avoir trop de possibilités. Cette indécision, quel luxe, quelle joie !
    Je pense rarement associations fringues / parfum, en revanche. J'assortis plus à la météo (celle du soleil mais aussi la mienne).
    Parfois, comme ce matin par exemple, je découvre qu'une chemise blanche, un jean et des derbies avec Azurée, c'est une combinaison parfaite. Ou qu'opoponax et pull en cachemire se marient divinement.
    Graaaaave...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça me fait penser que j'ai jeté pour cause de trou mon petit cachemire bleu Klein qui était parfait avec Bas de Soie. Ne plus acheter Bas de Soie ou racheter un cachemire bleu Klein???

      Supprimer
  4. Bonjour Dau,
    J'aime bien (encore une fois...) cet article, je voulais revenir sur cette question que je ne suis pas la seule à me poser donc : "qui ai-je envie d'être aujourd'hui ?"
    J'ai coutume de dire que je me parfume la plupart du temps comme on se déguise, pour ressembler à quelqu'un d'autre l'espace d'une journée et que mon obsession pour le parfum a dû commencer à peu près au moment où j'ai passé l'âge de me promener en costume de princesse ou de robin des bois.
    Je me souviens d'une discussion sur Auparfum où beaucoup d'internautes conseillaient à un nouveau venu de choisir "le parfum qui lui ressemble" parce que le parfum "c'est le reflet de la personnalité" et que pour bien le porter il était indispensable qu'il corresponde à ce qu'on est physiquement et au plus profond de soi. Vous ne deviez pas être connecté ce jour là... ;)
    Evidemment, j'y étais allée de mon petit commentaire sur le parfum, aussi, pour "ressembler à", bon ça a fait flop, pas grave.
    Mais finalement dans notre démarche aussi, les parfums que l'on porte sont le reflet de notre personnalité, multiple.
    Je mentirais en disant que je n'ai jamais pensé : ce parfum n'est pas pour moi, mais finalement c'est plus par rapport aux matières où à la manière dont il est construit que pour ce qu'il reflète.

    Là où nos attitudes divergent c'est concernant "les parfums qui vieillissent" le temps passe mais je ne me vois pas néanmoins abandonner l'Heure Bleue, Cabochard ou Mon Parfum Chéri. Franchement non je continuerai à les porter, je veux me la jouer intemporelle.
    Alors il est vrai que je prends soin de les associer à une tenue simple et plutôt décontractée. Je pratique toujours le décalage fringues / parfums. Ceci rajoute au plaisir de les porter.
    Le même plaisir que j'éprouve à me présenter à une manifestation quelconque où je sais que blondeur / bronzage / bijoux et vêtements de marque seront de mise, brune (ça forcément), sans maquillage ou presque, un vêtement et un bijou (un seul) simples et minutieusement choisis. Et un parfum ultra sophistiqué pour sublimer le tout. L'extase !

    Souvent il est dit de certains parfums qu'ils sont destinés à une clientèle jeune et souvent... je ne trouve pas que ça soit le cas.
    Finalement même si j'ai l'impression que tout va très bien, c'est peut-être un signe que je refuse le temps qui passe :-\

    Merci encore pour votre blog (on se disait tu non ?)

    RépondreSupprimer
  5. Oh la la le pavé ! Désolée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un pavé qui me fait très plaisir! (Oui, on se dit tu)
      Cabochard et l'Heure Bleue, je ne les aurais pas mis dans la catégorie: vieillis, plutôt dans celle de l'intemporel. Dans le vieilli, je pensais plutôt à certain aldéhydés fleuris qui sont beaucoup plus datés comme Madame Rochas (celui qui est en photo, mon mien)avec son effet laque pour cheveux hyper brushés (et blonds de surcroît :-) )

      Le côté destiné aux jeunes ou pas, c'est souvent du pipeau marketing pour que tout le monde achète en se disant je suis jeune car je consomme jeune. Un parfum très démodé, plus vu, plus senti, plus porté, d'une famille qui n'a plus la cote, par contre, ça peut faire vieux... Mais en même temps, je vois pas trop l'intérêt de vouloir être jeune, d'avoir l'air jeune à tous prix. Je préfère avoir l'air fabuleux et intéressant comme les gens de Advanced Style (lien sur la droite) qui ne cachent pas leurs rides et leurs ages.

      Mais j'avoue qu'avec l'age, je trouve qu'un certaine pétillance, une certaines fraîcheur est bien plaisante et très flatteuse: une dame plus très jeune mais très élégante portait en vacances l'Eau de Rochas; c'était juste fabuleux!

      Supprimer
    2. Oui !!! J'avais déjà jeté un oeil sur Advanced Style, j'adore.
      De toute façon, j'aime les gens qui assument que ce soit leur âge, leurs différences, leurs goûts et même pour des petits détails, j'aime les gens qui revendiquent leur accent par exemple.
      Je fais très attention (depuis toujours, élevée comme ça...) à la manière dont je parle mais je cultive mon accent du sud (J'ai dit du sud pas des faubourgs ;) et quand ça fait sourire et bien, je jubile...

      Supprimer
  6. Eau de Rochas est intemporel, je l'ai porté à 25 ans et je continue de le faire aujourd'hui... Cette dame avait donc bien raison ! C'est vrai " faire jeune " ne veut rien dire, le temps ne s'arrête pas pour nous pauvres humains, au contraire ! 80 ans de vie en moyenne et encore c'est très peu. Juste le temps de dire bonjour et au revoir - et lol oui tout de même de voir Rome et autres merveilles que j'aimerais bien découvrir - On ne peut pas cacher son âge, ses rides, la marque indélébile des années et vouloir paraître plus jeune donne souvent des visages étranges et étrangers, rien de pire qu'une vieille Barbie sur pattes ou un vieux beau sur le retour ! Rien de plus beau qu'un visage façonné par le temps, un peu comme celui des marins qui ont bravé les océans. L'ennui avec le parfum c'est que tout le monde ( ou presque ) veut le même alors que l'égérie est grassement payé(e) pour le représenter. Honnêtement je préfèrerais Glenn Close à Natalie Portman ou Emma Watson ( horriblement vulgaire dans le clip ) comme ambassadrice d'un parfum ! Insidieusement, on choisit des actrices qui en plus ont réussi sur le plan universitaire dans une tranche d'âge facile à manipuler. 20-30 ans, études brillantes, riches, belles et célèbres. Il est clair que vouloir porter " leur " parfum renvoie à une réussite sociale totale, encore plus qu'autrefois. Le marketing étant très poussé, les jeunes femmes suivent le mouvement sans sourciller. Mais tout ça n'empêchera jamais les amoureux du parfum de porter ce qu'ils veulent ! Je citais Loulou de la Falaise - autant pour moi, désolée - je pensais à Lucie de la Falaise pour la pub Paris, années 90. Paris, 24 Faubourg que je porte ce jour, Eau de Rochas, Beyond Paradise, Farouche ( si je pouvais ! ) sont autant de créations qui me font vraiment dire que, mainstream en tout cas, il faut prendre le temps de regarder dans les rayons, musarder et humer le terreau qui est encore là derrière la terre des Graves sèche par nature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toput n'est pas perdu, même si on a le culte de la nouveauté et si un "vieux" parfum, sorti l'année précédente, n’intéresse plus personne étant donné que 3 flankers sont sortis entre temps...

      La seule "personnalisation" que j'ai trouvée réussi et intelligente, c'est celle de Tilda Swinton, plus une oie blanche, pour ELO, parce qu'il y avait une vraie implication de la célébrité dans le parfum, on sentait un lien. Entre E Watson et le dernier Trésor (même pas certain du nom exacte du jus en question) je ne sens rien du tout, qu'une jolie photo très retouchée.

      Pour avoir de l'ego de people, j'adorais le MON parfum de Paloma Picasso. ça avait de la gueule. D'ailleurs, en fouillant, on le trouve encore et il pourrait toujours être très à la page avec sa note de patchouli fleuri. Et on ne se posait pas la question de l'age de Paloma, elle n'était pas assez jolie pour ça, elle était juste belle.

      Supprimer
  7. Non rien n'est perdu, au contraire ! Mais si certains parfums verront le jour ( youpi, ça me ravit complètement de constater que les parfums de niche sont très présents ! ), je crains la disparition de certains parfums. Quand Beyond Paradise est sorti, j'ai été la 1ère à dire que c'était parfum magnifique, hélas les Françaises l'ont boudé et maintenant on le trouve soit sur le site ( ouf ) soit aux Galeries Lafayette. Ce qui m'agace c'est que ses disparitions se font de manière vicieuse d'une semaine à l'autre hop on ne peut que constater. Parallèlement, et vraiment car ces univers ne peuvent visiblement pas se croiser, de grands parfums durent et d'autres sont créés. Je n'ai jamais senti les parfums Etat Libre d'Orange, j'ai assisté à leur naissance mais hélas ça n'a pas été plus loin ! Paloma Picasso est un lontain souvenir mais j'ai bien son visage en tête. Le parfum ? Jamais senti non plus ou alors furtivement. A cette époque, l'âge n'était pas encore un tabou absolu comme aujourd'hui. Ce n'est pas valable pour tous les domaines, Chaumet a pris Sophie Marceau comme égérie pendant des années, il y a eu Aurélie Dupont, Stella Tenant, bref 3 femmes vraiment différentes. J'ai vu Iris Apfel sur votre site, voilà une égérie de 90 ans qui a eu beaucoup de succès avec une collection haute en couleur ! M.A.C a fait appel à beaucoup de créateurs/créatrices cette année, il y a eu Daphne Guinness aussi, Johnny Weir le patineur pour Noël 2011, bref des femmes et des hommes d'horizons divers et variés. Le trop étant l'ennemi du bien, ce n'est pas forcément un modèle non plus car M.A.C est une très grosse boîte ( groupe Estée Lauder ) qui a pour vocation de vendre. L'une des dernières collections " Shop, shop " " Cook, cook " a provoqué un tollé chez les féministes américaines, très militantes on l'a vu avec l'affaire DSK, et oui tout ça nous ramenait des années en arrière. Cela dit, vu les couleurs très flashy de cette collection, M.A.C n'avait certainement pas l'intention de véhiculer ce message, contre-productif, c'était un message très fort, volontiers provocateur qui a fait vendre !
    Sur ce non, non, rien n'est perdu vu mon amour des parfums euh je vais perdre la sympathie de mon banquier mais c'est bien tout car le parfum c'est sans nul doute le 8ème Art. A quand la reconnaissance officielle, telle est la question.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les sorties de rayon se font en douce comme les entrées et plus personne n'arrive à suivre. Et forcément, on n'est jamais prévenu. Les reformulations sont encore plus vicieuses: on croit acheter son parfum chéri et on se retrouve avec un ersatz infâme... Et il y a ebay et j'avoue que je commence à faire des réserves sous l'influence de certaines bonnes âmes bien intentionnées.

      En même temps, il y a des marques formidables, qui font des choses vraiment belles! Je pense à Goutal ou tout l'argent vas dans le jus (ou presque) et pas dans la poche d'une actrice! Ou Lutens qui a déjà un grand catalogue assez fabuleux. Malle est à tomber et... et...

      Même dans le mainstream, et même si je ne me vois pas porter ça, je trouve qu'une marque comme Mugler innove, sort des jus couillus et modernes et vraiment innovant! Même si je n'aime pas beaucoup Angel, il a bien secoué le cocotier à l’ère des eaux anémiques pour sylphides anorexiques! Hermès, l'air de rien, continue un joli parcours avec de beaux parfums classiques. Tout particulièrement ses colognes: la Gentiane blanche est renversante de beauté...

      Oui, moi, je pense qu'en dépit de beaucoup de daube achetée, il y a encore de beaux parfums qui nous attendent.

      Supprimer
  8. Oui vous avez raison, puisque la parfumerie est un Art, elle fera de très belles choses j'en suis certaine. Les Dior ont été revus d'après ce que j'ai lu un peu partout, Diorella est un parfum que j'ai connu jeune ( avec ce packaging fameux pied-de-poule qui concernait presque tous les Dior dans mon souvenir ), il me semble qu'il était plus piquant il y a 25 ans mais comme les jeux sont truqués, je ne sais plus très bien. Ebay regorge de trésors méconnus, seulement le parfum se conserve t-il aussi longtemps ? Malgré tous les soins que j'apporte à mes parfums, ils finissent vite par se dégrader ( 2 ans en moyenne je dirais ). Mugler est spécial je pense, honnêtement je n'aime pas ses parfums en général mais les flacons si ! Hermès ah oui, Jean-Claude Ellena actuellement aux commandes ou Maurice Roucel ou d'autres font, ont fait ( 24 Faubourg mon adoré ! ) et feront des petits bijoux ! Frédéric Malle... ça fait longtemps que j'en rêve et je vais finir par craquer, comment résister aux parfums c'est impossible. Je connaissais un prof de philo qui avait développé une détestation ( je reprends son terme à pour les parfums mais... ses parents tenaient une parfumerie et toutes ses odeurs l'avaient écoeuré enfant. J'admire ceux qui restent stoïques face à la chose, il faut bien admettre que cette chose est dévorante. Jicky m'a conseillé deux parfums : Tilleul et Insolence, je sais d'avance qu'il a raison. De même ici, je fais attention lol car Bijou romantique me plairait bien. Je ne me laisse jamais influencer en principe mais en vous lisant tous, j'ai peur que mon addiction ne tourne à l'obsession ! " Malle est à tomber " je veux bien le croire ! A regarder de plus près, tous ces parfums de niche sont à tomber, ce qui n'est absolument pas le cas des parfums diffusés plus largement. Si certains apprécient la daube et s'y vautrent, d'autres hélas tombent dans l'addiction en prenant le sens inverse. Deux options : la daube entraîne une dépendance récurrente mais modérée, le beau provoque bel et bien un phénomène addictif car on ne s'en lasse jamais ! Conclusion : oui de beaux parfums nous attendent pour le bonheur de notre nez donc... de notre cerveau.
    Bonne soirée et désolée pour ce roman-fleuve indigeste, le parfum est aussi une forme de partage, c'est intéressant de venir sur les sites comme le vôtre ou celui de Jicky & Phoebus - toujours Romain pour l'heure lol je suppose - on y apprend beaucoup. Et quand on aime les parfums, toute résistance devient absurde, seuls les profs de philo ( et encore pas tous ) sont faits pour la sagesse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez Malle, tester le Parfum de Thérèse, il vous rappellera Diorella. Le parallèle m'a sauté au nez quand j'ai acheter un vintage de Diorella en pied de poule parfaitement conservé. à température constante et à l'abri de la lumière, oui, un parfum se conserve étonnamment bien, j'étais sceptique mais l'expérience à démontrer que... Bien sûr, parfois, certaine note de tête sont altérée, mais d'ancien parfum de plus de 30 ans sont toujours parfaitement portables.

      Certain parfum de niche sont aussi de vastes arnaques et n'ont rien à proposer d'autre qu'une belle matière dans un joli flacon, mais sans créativité, sans émotion... (je pense par exemple à "by Kilian" qui me laisse assez froid même si techniquement, c'est souvent impeccable)

      Supprimer
  9. Merci beaucoup pour ce conseil, j'ai prévu de sentir " En passant ", " Dans tes bras ", " L'eau d'Hiver ", " Lipstick Rose " et " Portrait of a Lady ".
    Oui les parfums de niche ne se valent certainement pas tous, je suis électique et sans à priori dans mes choix, j'aime aussi bien White Musk que Drôle de Rose, les Guerlain étant quand même devant les autres mais pas toujours. " Rose Splendide " est un parfum si délicat que j'en suis restée interdite, même chose pour " Bois Farine ". Ce sont presque des larmes qui me viennent avec " 24, Faubourg ". Une révélation ne s'explique pas, euh pourvu que je n'en ai pas trop LOL avec Frédéric Malle... J'évite soigneusement d'aller à Bordeaux en ce moment, ça vaut mieux !
    By Killian je ne connais que de nom, les prix sont exorbitants en tout cas !
    Concernant l'étonnante conservation de Diorella, vous êtes bien tombé. Un vrai collectionneur qui garde ses parfums de façon très pro, tant mieux car un vintage de Diorella doit être quelque chose ! Je ne pensais pas du tout qu'il avait une ressemblance avec le Parfum de Thérèse. Je vous ferai part de mes impressions dans quelque temps car il faut savoir garder raison, raison ? Bah chose abstraite que j'ai du mal à concevoir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas un collectionneur: un stock déniché Dieu sais ou pas un vendeur: plusieurs flacons sous cellophane, absolument intacts.

      Thérèse et Diorella ont Roudnitska en commun, ce n'est déjà pas rien...

      Supprimer
  10. Alors c'est de la chance, je comprends que vous aimiez les parfums vintage dans ces conditions, ça ne doit pas courir les rues ! En tout cas, à la recherche des parfums disparus, comme je comprends l'état d'esprit qui est le vôtre !
    Et oui à regarder les créateurs et créatrices chez Frédéric Malle, ça donne le vertige ! C'est pour cette raison que j'évite d'aller en ville pour le moment, de très loin il n'y a pas ce que l'on trouve sur Paris mais il y a des adresses à contourner si on veut rester à flot ( lol mais oui encore plus c'est le mot ), quand je craque ce n'est jamais à moitié... J'irai sentir les parfums Frédéric Malle c'est certain, mais vous savez mon banquier veille, ce en quoi il n'a pas tort j'admets bien volontiers.

    RépondreSupprimer